Informationen zum “Ärzteparadies Frankreich”

 Für Kollegen  in Deutschland:  eine Alternative

Für alle: Ideen zu einer Reform des Gesundheitswesens

 Ist etwas wichtiger als Freunde (pps) ?!?  Quoi de plus important que l’amitié (pps) ?!?

Je propose des sujets de thèse en rapport avec l’informatique médical: la description se trouve ici-bas téléchargeable ici 108 KO pdf)

Si vous y êtes intéressé, n’hésitez pas à me contacter  eMail Website B 1

 

Quelles connaissances en informatique médicale sont présentes voire souhaitées par les internes en médecine générale et les jeunes médecins et comment imaginent-ils le logiciel médical idéal ?
Projet de thèse en médecine générale

 

Quels temps de travail réclameront toutes les actions de prévention et de dépistage recommandées actuellement en France et lesquelles pourraient être exécutées automatiquement par un logiciel médical ?
Projet de thèse de médecine générale

 

 

Les descriptions détaillées des sujets se trouvent ici-bas:

 

 

Quelles connaissances en informatique médicale sont présentes voire souhaitées par les internes en médecine générale et les jeunes médecins et comment imaginent-ils le logiciel médical idéal ?

Thèse de médecine générale

L’ordinateur est devenu l’outil de travail principal du généraliste et change profondément notre façon de travailler [Pearce 2012, Shashak 2009]. Les médecins ont cependant des connaissances surtout limitées quant à l’utilisation de l’informatique en général [par exemple Staechele 2012] et de leur logiciel médical en particulier [Lindemann 2016]. D’après ma connaissance, dans la plupart des cursus du DES de médecine générale, y inclus à Strasbourg, la formation à l’outil de travail « ordinateur » est minime voire inexistante, pourtant il y a des essais de mieux former les futures généralistes à l’utilisation de l’ordinateur [Shachak 2015, pour un cursus concret www.chu-rouen.fr/cismef/d2im/cours/] : La formation augmente la « qualité » de l’utilisation du logiciel médical et les médecins qui connaissent mieux le logiciel indiquent de pouvoir mieux soigner les patients et ressentent même une meilleure qualité de vie générale [Lindemann 2016]. Vu que la sécurité sociale subventionne l’informatisation du cabinet dans l’espoir d’un gain considérable [Bates 2003], il est également utile de se rappeler que l’impact de l’informatisation du cabinet dépend principalement de sa bonne exploitation [Raymond 2015] (et pas de la simple présence d’un ordinateur au cabinet). Presque la moitié des médecins alsaciens estiment également que leur logiciel puisse être amélioré [Weber 2011] et des propositions concrètes ont déjà été élaborées [Naulin 2010] qui ne correspondent pas aux capacités des logiciels médicaux existants [Darmon 2014].

Un échantillon représentatif de généralistes sera interrogé par un questionnaire dérivé partiellement de mon étude sur l’exploitation du logiciel métier [Lindemann 2016] et partiellement par des interviews semi structurées : le but de l’étude sera de décrire des souhaits pour la formation en utilisation de l’ordinateur à titre général et la création du logiciel médical idéal le plus concrètement possible afin que ces propositions puissent être prises en compte pour la nouvelle réforme du DES ainsi que par les éditeurs des logiciels médicaux.

Un challenge de cette thèse sera d’effectuer ces interviews ainsi que leur résumé avec une méthodologie scientifiquement pertinente ; on suivra les méthodes des études antérieures [par exemple Shachak 2009], ce qui permettra d’avoir des résultats plus pertinents que les rares études antérieures sur le même sujet qui n’ont pas suivies une telle approche plus rigoureuse [comme Weber 2011, Naulin 2010].

La thèse contribuera au développement d’une « visions » pour l’exploitation du potentiel de l’ordinateur [Arnand 2015, Goldspiel 2014, Welch 2013, Balas 2000] souhaitée par un bon nombre de médecins alsaciens [Naisseline-Nguyen 2009].

Ce projet pourra être scindé en deux thèses différentes, l’une traitant les souhaits de formation, l’autre le logiciel médical « idéal ».

 

Références de littérature par ordre de citation

Shashak A, Reis S. The impact of electronic medical records on patient-doctor communication during consultation: a narrative literature review. J Eval Clin Pract 2009; 15(4):641-649

Pearc C, Arnold M, Phillips CB et al. The many faces of the computer: an analysis of clinical software in the primary care consultation. Jnt J Med Inf 2012; 81: 475-484

Staechele R. Sécurité des données informatiques. À propos de la sauvegarde des données de santé au cabinet de médecine générale. Enquête auprès des praticiens du Haut-Rhin. Thèse de doctorat n°108, Faculté de médecine de Strasbourg 2012

Lindemann WB. Sur l’exploitation du logiciel métier et la qualité (de vie) du médecin généraliste. Poster 26: 10th  Congrès Médecine Générale France 31/ 3/ 2016 disponible sur www.researchgate.net « Wolfgang B. Lindemann »

Shachak A, Dom S, Boryckie E et al. A pilot study of computer-based simulation training for enhancing family medicine residents’ competence in computerized settings. MEDINFO 2015: eHealth-enabled Health

I.N. Sarkar et al. (Eds.) © 2015 IMIA and IOS Press.  doi:10.3233/978-1-61499-564-7-506

Bates DW, Ebelli M, Gotlieb E et al. A proposal for electronic medical records in US primary care. JAMIA 2003; 10 1): 1-10

Raymond L, De Guinea AO, Poba-Nazou P et al. Improving performance in medical practices through the extended use of electronic medical record systems: a survey of Canadian family physicians. BMC Medical informatics and decision making 2015; 15: 27

Weber JM. Amélioration des logiciels médicaux en Alsace et au Grand Duché de Luxembourg : à propos d’une enquête téléphonique auprès de 372 médecins généralistes en décembre 2010 et janvier 2011. Thèse de doctorat n° 88, Faculté de médecine de Strasbourg 2011

Naulin B. Analyse et comparaison des logiciels médicaux les plus utilisés en cabinet de médecine générale et réflexions sur les améliorations futures à envisager, Thèse de doctorat, Université Paris Diderot – Paris 7; 2010

Darmon D, Sauvant R, Staccini P et al. Which functionalities are available in the electronic health record systems used by French general practitioners? An assessment study of 15 systems, Int J Med Inf 2014; 83, 37-46

Shachak A, Hadas-Dayagi M, Ziv A, Reis S. Primary care physicians’ use of an electronic medical record system: a cognitive task analysis. J Gen Intern Med 2009; 24(3):341–348  

Anand V, McKee S, Dugan TM et al. Leveraging electronic tablets for general pediatric care. Appl Clin Inf 2015; 6:1-15

Goldspiel BR, Flegel WA, DiPatrizio G et al. Integrating pharmacogenetic information and clinical decision support into the electronic health record. J Am Med Inform Assoc 2014; 21: 522-528.

Welch BM, Kawamoto K. Clinical decision support for genetically guided personalized medicine: a systematic review. JAMIA 2013; 20:388-400

Balas EA, Weingarten S, Garb CT et al. Improving preventive care by prompting physicians. Arch Intern Med 2000; 160: 301-308

 Naisseline-Nguyen W. Utilisation de l’outil informatique et fréquence des erreurs médicales : résultats d’une enquête auprès des médecins généralistes en Alsace. Thèse de doctorat n°104, Faculté de médecine de Strasbourg 2009

 

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________

 

Quels temps de travail réclameront toutes les actions de prévention et de dépistage recommandées actuellement en France et lesquelles pourraient être exécutées automatiquement par un logiciel médical ?

Thèse de médecine générale

Une étude nord-américaine a évalué en 2003 que le temps de travail nécessaire pour la mise en pratique de toutes les recommandations de prévention qui existaient à ce moment aux États-Unis d’Amérique du Nord exigeait, en partant d’une patientèle moyenne dans ce pays de 2500 patients pour un médecin généraliste, un temps de travail quotidien de 7 heures 40 minutes par jour (à effectuer en plus des soins proprement dits aux patients), ce qui est évidemment impossible à réaliser [Yarnall 2003].

L’objectif de la thèse serait de refaire ce calcul pour la situation française et d’entreprendre un travail de réflexion quelles actions de prévention et de dépistage pourraient, en principe, être exécutées automatiquement par le logiciel médical du généraliste. Les logiciels médicaux, comme beaucoup de nouvelles technologies, se sont d’abord introduites à titre de substitut à la technologie antérieur et sont toujours le plus souvent présentés comme tels (dossier électronique au lieu du dossier papier), quoique pas toujours : si un véritable service rendu par les alertes automatiques lors de la prescription reste à démontrer et parait à l’état actuel comme peu probable vu leur manque de pertinence et de spécificité ainsi que leur surabondance [Lindemann 2016], une étude récente a démontré la faisabilité et le gain de temps de travail en confiant une partie du saisie de l’anamnèse à un ordinateur tablette mis à la disposition du patient dans la salle d’attente [Anand 2015], deux autres l’amélioration spectaculaire des patients ayant bénéficiés des vaccinations recommandées (un taux doublé voire triplé) grâce à un module supplémentaire d’un logiciel médical qui affichait les vaccinations recommandées spécifiquement pour chaque patient individuel [Stigroth 2013, Schuler 2016, confère Au 2019].

Cette thèse doit contribuer à préparer le terrain pour une meilleur utilisation de l’ordinateur : améliorer le parcours et la qualité des soins, une idée qui n’a rien de nouveau [McDonald 1977] et a montré ses possibilités tôt, notamment pour des rappels automatiques des actes de prévention et de dépistage [Shea 1996, Balas 2000] mais qui est maintenant techniquement réalisable, ce qui ne fut pas encore le cas il y a peu de temps.

Références de littérature par ordre de citation

Yarnall KSH, Pollak KI, Ǿstbye T et al. Primary care: is there enough time for prevention? Am J Pub Health 2003 ; 93(4) : 635-641

Lindemann WB Sur les possibilités de réduction du nombre des alertes automatiques lors de la prescription créées par un logiciel métier. Poster n° 253, Congrès annuel du CNGE à Grenoble du 23 au 25 novembre 2016 disponible sur www.researchgate.net « Wolfgang B. Lindemann »

Anand V, McKee S, Dugan TM et al. Leveraging electronic tablets for general pediatric care. Appl Clin Inf 2015 ; 6: 1-15

Stigroth N, Krane S, Schelling J. Impfquoten durch elektronische Impfplaner steigern. Pilotstudie in einer hausärztlichen Gemeinschaftspraxis. Flugmedizin Tropenmedizin Reisemedizin 2013; 20 (3): 128-133 (Améliorer les taux de vaccination par le biais d’un agenda électronique de vaccinations. Étude pilote dans un cabinet de groupe de médecine générale)

Schuler U. Vergleichende Studie über steigende Quoten der Influenza- und Pneumokokken-Impfung unter Patienten mit chronischen Erkankungen und Patienten ab 60 Jahren nach Einführung der Praxissoftware Impf-doc. Thèse de doctorat Faculté de Médecin de l’Université de Munich (Allemagne) 2016 (Étude comparative sur l’augmentation des taux de vaccination anti-grippale et anti-pneumocoques auprès des patients atteints d’affections chroniques et des patients au-delà de 60 ans après l’installation du logiciel médical Impf.doc)

Au L, Oster A, Yeh H. et al. Utilizing an electronic health record system to improve vaccination coverage in children. Appl Clin Inf 2010 ; 1(3): 221–231

McDonald CJ, Murray R, Jeris D et al. A computer-based record and clinical monitoring system for ambulatory care. Am J Public Health 1977; 67 (3): 240-245

Shea S, DuMouchel W, Bahamonde L. A meta analysis of 16 randomized controlled trials to evaluate computer-based clinical reminder systems for preventive care in the ambulatory setting. J Am Med Inform Assoc 2006 ; 3 (6) : 399-409)

Balas EA, Weingarten S, Garb CT et al. Improving preventive care by prompting physicians. Arch Intern Med 2000 ; 160: 301-308